"Routes du Vertige"

Home Back Cartes routières

Ben oui, quoi, ça serait pas juste de passer à la trappe ces deux dernières routes "vertigineuses", certes moins connues que Combe Laval ou les Grands Goulets, mais à mon goût aussi attachantes. L'intérêt de ce parcours n'est pas particulièrement sur la qualité "motarde" des routes, pas de belles enfilades ou d'enchaînement de petits virages magiques, mais des routes pour la balade, le côté spectaculaire des paysages (même si certaines portions sont très sympa). 

Je trouve que les deux sont plus intéressantes à parcourir en partant de la vallée et en remontant sur le plateau. Mais bon, il fallait choisir et cruellement sacrifier l'une pour l'autre... J'ai choisi de descendre par les gorges du Nant, parce que la fracture de la roche est bien visible quand on arrive par au desssus et que la surprise reste entière pour la partie finale. Et puis surtout parce que la route des Ecouges, c'est comme un oeuf au plat, quand on garde le jaune pour la fin, on monte, on monte, on a une falaise devant soi et on voit pas vraiment où on va bien pouvoir passer !! Même quand on connaît le coin, depuis la vallée de l'Isère, on a du mal à apercevoir l'échancrure de la route dans la falaise. Bon, bien sûr c'est plus sympa de descendre parce que la voie montante... mais non, je vous dis pas tout tout de suite, non mais, gardons un peu de suspens !

Forêt des Coulmes

Alors pour commencer on prend...

... les gorges de la Bourne. Bon j'en vois qui suivent au fond. Pour les autres qui comprennent rien et qui voudraient, aller relire la balade du Col de la Bataille...

Donc gorges de la Bourne, Pont de la Goule Noire, Choranche, on reprend l'itinéraire de la 1ère balade, mais à Choranche on va prendre la petite route qui monte à Presles. Et ça monte, ça c'est sûr et ça c'est sûr ! Il n'y a qu'à regarder un peu en l'air, on voit bien qu'il y a du rocher au-dessus de nous ! D'ailleurs ces splendides falaises sont un haut lieu de la grimpe ! On va se contenter de la route, c'est déjà pas mal, c'est étroit, ça tournicote, on voit pas bien loin devant soi, mais par contre, plus on monte, plus la vue est splendide sur la vallée de la Bourne, le sud du Vercors et le Royans. Bon il y a des zig et des zag, mais finalement on arrive aux rochers et il faudra quelques tunnels pour se hisser sur le plateau, qui paraît bien gentil et sage. Avant d'arriver à Presles, on va prendre à droite une petite route qui va nous faire traverser la superbe forêt des Coulmes, Cette forêt qui paraît totalement inhabitée a abrité autrefois des hommes (il y a environ entre 80 000 et 35 000 ans, on va pas chipoter à quelques années près...) et des ours. Aujourd'hui, vous ne croiserais guère que quelques touristes perdus, car les routes forestières taillées en montagnes russes vous font un peu "perdre le nord", noyées dans les feuillus et les sapins. Quelques petites échappées vous permettront d'apercevoir les crêtes orientales du Vercors, avant de replonger aux creux des vallonnements et des clairières. Bref, c'est la forêt dans toute sa splendeur, surtout si vous y passez en automne, car les couleurs des arbres sont alors somptueuses... Par contre la route, ben c'est une route forestière aussi dans toute sa splendeur, étroite, gravillonneuse, par endroits aussi des sorties d'exploitation forestières, boueuses à souhait, et puis aussi quelques portions bien larges, bon pas un circuit de vitesse, mais c'est très bien, on prend le temps de humer le parfum des arbres !

Cette route suivant la période, l'année, est vraiment plus ou moins roulante ! Pour l'avoir encore empruntée récemment, c'est vrai qu'on peut se demander si ça vaut le coup car il y avait vraiment beaucoup de gravillons, et les conducteurs(trices) ne profitent pas vraiment du paysage sylvestre !! Donc vous pouvez plutôt aller jusqu'à Presles et prendre la route plus directe par le Fas pour rejoindre Malleval. Elle est bien plus large et en bien meilleur état, généralement.

Gorges du Nan

En sortant de la forêt, on descend vers Malleval, un petit village niché au creux d'un joli cirque, totalement isolé du Vercors jusqu'en 1983, date de construction de la route forestière. On suit donc celle-ci jusqu'au village et ce qui permet d'apprécier la vue sur la vallée et l'entaille creusée par le torrent... et c'est là qu'on va passer ! La route après Malleval se poursuit en lacet jusqu'au passage de la première "boutonnière", puis les gorges s'élargissent et la route suit un passage en sous-bois, puis s'accroche en corniche à la paroi rocheuse (200 mètres de vide...), et quand ça passe plus, ben il reste plus qu'à creuser quelques petits tunnels, mon brave ! Après le dernier tunnel, jolie vue sur la vallée, puis on descend en lacets jusqu'au village de Cognin où on rejoint la nationale pour quelques kilomètres.

Route des Ecouges

cascade de la Drevenne

Après Cognin, on suit la vallée jusqu'au village de St Gervais, où commence la route des Ecouges qui va nous permettre de remonter sur le plateau (et au frais, si vous faites cette balade un jour de canicule, test idéal pour comprendre la relation altitude - température de l'air).

Cette route est la plus ancienne montant de la vallée de l'Isère dans la partie nord-ouest du massif (1883). Encore une fois, son ouverture a été liée à des motifs économiques, faciliter la descente de bois des Coulmes vers la vallée vers une fonderie de canon qui était située à St Gervais, et oui !

Au départ, il s'agit d'une petite route banale qui serpente dans la forêt, jusqu'au moment où on arrive au pied d'une superbe cascade et donc bon, au dessus de nous, ça ressemble fort à une falaise... Et bien, si vous cherchez un peu, vous finirez par apercevoir un trait horizontal dans la falaise... oui, oui, c'est là qu'on va passer ! Enfin pas nous, et pas tout de suite, car pour arriver jusque là on va faire encore un petit détour dans la forêt, et puis comme c'est quand même un peu étroit, la voie montante passe directement au travers de la montagne par un tunnel ma foi assez long, on a un peu l'impression de visiter une grotte en moto ! Avant l'entrée du tunnel vous aurez eu un aperçu de la corniche creusée dans la falaise où passe la voie descendante.

Route des Ecouges en corniche

Jusqu'au mois de mai environ,  la route en corniche est interdite à la circulation et donc les deux voies de circulations passent dans le tunnel !!

En sortant du tunnel, arrêtez vous pour jeter un coup d'oeil : encore une fois, pour ceux qui ont le vertige, un petit frisson de 200 m ! Si vous aimez le canoying, la rivière (et la cascade !!) est un parcours assez connu. La route suit le couloir étroit creusé par le torrent sur une centaines de mètres, puis remonte le vallon de la Drevenne jusqu'au col de Romeyère. On est à nouveau sur le plateau, après 700 m de dénivelée en 12 km. La route continue par quelques petits virages jusqu'à Rencurel et la Balme de Rencurel, tout en douceur dans un paysage de prairies et de forêts, avec en fond les barres de calcaire des gorges de la Bourne, que l'on va bien sûr (!!) emprunter pour rejoindre Villard de Lans.

Home ] Vercors ] Alpine en kit ]